Poètes français: ou choix de poésies des auteurs du second et du troisième ordre, des XV, XVI, XVII, et XVIII siècles, avec des notices sur chacun de ces auteurs, Volume 2

Capa
Ménard et Desenne, fils, 1825
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Páginas selecionadas

Conteúdo

Outras edições - Visualizar todos

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 56 - Roi de ses passions, il a ce qu'il désire; Son fertile domaine est son petit empire, Sa cabane est son Louvre et son Fontainebleau...
Página 56 - La javelle à plein poing tomber sous sa faucille, Le vendangeur ployer sous le faix des paniers; Et semble qu'à l'envi les fertiles montagnes, Les humides vallons, et les grasses campagnes S'efforcent à remplir sa cave et ses greniers.
Página 56 - O bienheureux celui qui peut de sa mémoire Effacer pour jamais ce vain espoir de gloire, Dont l'inutile soin traverse nos plaisirs ; Et qui, loin retiré de la foule importune, Vivant dans sa maison, content de sa fortune, A, selon son pouvoir, mesuré ses désirs...
Página 48 - Chante aux forêts jour et nuit. Déjà les fleurs qui bourgeonnent Rajeunissent les vergers; Tous les échos ne résonnent Que de chansons de bergers: Les jeux, les ris et la danse Sont partout en abondance; Les délices ont leur tour, La tristesse se retire Et personne ne soupire S'il ne soupire d'amour.
Página 260 - S'il l'aima fort, elle, de son côté, (Dont bien nous prend) ne lui fut pas cruelle.
Página 55 - TIRCIS, il faut penser à faire la retraite ; La course de nos jours est plus qu'à demi faite , L'âge insensiblement nous conduit à la mort : Nous avons assez vu sur la mer de ce monde Errer au gré des flots notre nef vagabonde ; II est temps de jouir des délices du port.
Página 142 - MA foi, c'est fait de moi ; car Isabeau M'a conjuré de lui faire un rondeau, Cela me met en une peine extrême. Quoi ! treize vers, huit en eau, cinq en ème ! Je lui ferais aussitôt un bateau.
Página 57 - Il ne va point fouiller aux terres inconnues, A la merci des vents et des ondes chenues, Ce que nature avare a caché de trésors, Et ne recherche point pour honorer sa vie De plus illustre mort ni plus digne d'envie, Que de mourir au lit où ses pères sont morts.
Página 30 - Félicité passée, Qui ne peux revenir, Tourment de ma pensée, Que n'ai-je en te perdant perdu le souvenir ! Hélas!
Página 73 - De le persuader avecque leurs mensonges. Faut-il pas confesser qu'en l'aise où tu nous plonges Nos esprits sont ravis par un si doux transport Qu'au lieu de raccourcir à la...

Informações bibliográficas