Analecta bollandiana

Capa
Société des Bollandistes, 1894
0 Resenhas
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Páginas selecionadas

Conteúdo

Outras edições - Visualizar todos

Passagens mais conhecidas

Página 33 - Le jeune Martial (il avait alors une quinzaine d'années) s'attacha à saint Pierre, avec lequel il était apparenté (1), et suivit dès lors le collège des douze apôtres. Il assista ainsi à la résurrection de Lazare, à la dernière Cène, au lavement des pieds (c'était lui qui tenait la serviette) ; il vit les disciples toucher les plaies du Christ ressuscité, mangea avec lui, assista à l'Ascension et à la Pentecôte, et reçut ainsi la même mission que les apôtres et la même effusion...
Página 164 - Critique. — Non signé [mais de : J. VAN DEN GHEYN]. Analecta Bollandiana. Tornus XIII, i8<j'i. Bulletin des Publications hagiographiques du fascicule II, p. 166 : -»En 1876 , les Méchitaristes de Venise avaient publié une collection de Passions de martyrs rédigées en arménien. Parmi ces Passions se trouve celle de S. Apollonius. Cette pièce très importante, véritable découverte hagiographique, a été traduite récemment en anglais par MFC Conybeare (en note : référence à l'article)....
Página 205 - Mais nekedent so nta la fote ki parmei lo magiüteire del espir par devenz — „von innen" — ensi sont apris, ke ia soit ce ke defors lur failhet discipline d'umame maistrie, nekedent la droiture del deventrien — „inneren" — maistre ne lur falt mie (latein. Original : Sed tamen sunt nonnulli qui ita per magisterium Spiritus intrinsecus docentur, ut etsi eis exterius humani magisterii disciplina desit, magistri intimi censura non desit).
Página 432 - Veritatis utique verba haec sunt vera , ac per hoc non possunt esse non vera. Erexerat ipse Dominus mulierem, quam alligaverat satanas decem et octo annis, et hoc die sabbati ; concessit ipse Hereberto ut par faceret, et milita concessit ut faceret.
Página 292 - ... et il a raison, pour son texte arménien la priorité sur la recension grecque publiée dans les Acta Sanctorum (en note : Maii, t. V, p. 179*). En effet, il n'est pas douteux que la pièce arménienne a été traduite du grec. Le morceau suivant [p.
Página 292 - M. Conybeare voit un récit indépendant des deux textes grecs que nous connaissons jusqu'à présent (en note : Act. SS, Octobr., t. IV, p. go-io3), et il essaie de justifier cette opinion en signalant l'omission de certains miracles dans le texte arménien. On pourrait discuter la portée de cet argument; en tous cas, il ne paraît pas «nuisant pour établir avec certitude le caractère original des Actes arméniens de S.
Página 291 - Gonybeare n'a pas mal démontré que la version arménienne s'est débarrassée d'un certain nombre d'anachronismes et de difficultés qui déparent les apocryphes grec et latin. Ce n'est pas une raison d'accorder la priorité au texte arménien, priorité bien relative du reste, puisque M. Couybeare admet avec raison que le texte arménien des Actes de Paul et de Thècle est une traduction du syriaque. La passion arménienne de S. P h ocas 1 1).
Página 290 - ... à Venise par les soins de l'Académie de Saint-Lazare. Si le traducteur mérite toute notre reconnaissance, l'exégète n'est pas, au même degré, digne de confiance, et plus d'une fois, l'insuffisance de ses informations l'a induit en erreur. En outre, M. Conybeare est trop porté à voir dans les testes arméniens qu'il traduit les originaux des recensions grecques, latines ou syriaques d'Actes des martyrs.
Página 40 - Post longinqua vero annorum curricula, Cautinus qui ipsius Arvernae urbis episcopus datus est, in diaconatu suo ecclesiam vici illius rexit. Igitur dum nocte quadam in lectulo cellulae suae, quae huic basilicae adhaerebat, decumberet, audivit psallentium quasi parum resonantibus vocibus : et surgens vidit templum magno splendente lumine...
Página 183 - Chartres, 1881, in-8'. — de la Société des archives historiques de la Saintonge et de VAunis, t. III, n

Informações bibliográficas