Œuvres complètes der A. F Ozanam: Les poètes franciscains en Italie au triezième siècle

Capa
J. Lecoffre, 1882
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Páginas selecionadas

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 418 - In forma dunque di candida rosa Mi si mostrava la milizia santa, Che nel suo sangue Cristo fece sposa. Ma l'altra, che volando vede e canta La gloria di Colui che la innamora, E la bontà che la fece cotanta, Sì come schiera d' api che s'infiora Una fiata, ed una si ritorna Là dove suo lavoro s' insapora, Nel gran fior discendeva, che s...
Página 77 - ... plus rien de terrestre, les animaux ne voyaient plus que l'empreinte divine, et ils entouraient le saint pour l'admirer et le servir. Les lièvres et les faisans se réfugiaient dans les plis de sa robe. S'il passait près d'un pâturage, et que, suivant sa coutume, il saluât les brebis du nom de sœurs, on dit qu'elles levaient la tête et couraient après lui, laissant les bergers stupéfaits. Luimême, sevré depuis si longtemps des jouissances des hommes, prenait un doux plaisir à ces fêtes...
Página 289 - Mineur parlerait la langue de l'ange, quand « il saurait le cours des étoiles et la vertu des plantes, « et que tous les trésors de la terre lui seraient révélés, « et qu'il connaîtrait les propriétés des oiseaux, des « poissons, et de tous les animaux, et des hommes, et « des arbres, et des pierres, et des racines, et des eaux, « écris que là n'est pas la joie parfaite.
Página 331 - selon les commandements de notre Créateur. » Saint François s'en fut, leur fit à toutes des nids; et elles, s'apprivoisant , commencèrent à pondre leurs œufs et à les couver devant les frères , comme auraient fait des poules toujours nourries de leurs mains. Elles ne s'en allèrent point, jusqu'à ce que saint François, avec sa bénédiction, leur donna congé de partir. Quant au jeunehomme qui luienavait fait présent, saint François lui dit: « Mon fils, tu seras « aussi frère en...
Página 78 - Mais, admirant qu'ils ne se fussent point enfuis à sa vue, il fut rempli de joie, il les pria humblement d'écouter la parole de Dieu. Et il leur dit : « Mes frères les petits oiseaux, vous devez singulièrement louer votre Créateur et l'aimer toujours; car il vous a donné des plumes pour vous couvrir, des ailes pour voler, et tout ce qui vous est nécessaire. Il vous a faits nobles entre tous les ouvrages de ses mains, et vous a choisi une demeure dans la pure région de l'air.
Página 120 - Si ce coup d'essai ne déplaît pas , il m'enhardira à donner de temps en temps au public des ouvrages de cette nature , pour satisfaire en quelque sorte à l'obligation que nous avons tous d'employer à la gloire de Dieu du moins une partie des talents que nous en avons reçus.
Página 64 - Ouvrez tous les poêtes du moyen âge, vous n'y trouverez pas de chant plus hardi, de paroles plus enflammées que cette prière du pénitent d'Assise : « Seigneur, ayez pitié de moi et de madame la « Pauvreté. Et voici qu'elle est assise sur le fumier, « elle qui est la reine des vertus; elle se plaint de « ce que ses amis l'ont dédaignée et se sont rendus
Página 82 - Loué soit Dieu, mon Seigneur, à cause de toutes les créatures, et singulièrement pour notre frère messire le soleil, qui nous donne le jour et la lumière ! Il est beau et rayonnant d'une grande splendeur et il rend...
Página 84 - Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre sœur la Mort cor[porelle, à qui nul homme vivant ne peut échapper ; malheureux ceux-là seuls qui meurent en péché mortel ; mais bienheureux ceux qui ont accompli tes très saintes [volontés, car la seconde mort ne pourra leur nuire.
Página 55 - Elle a les agrestes beautés des Alpes, les cimes sourcilleuses, les forêts, les ravins où se précipitent les cascades retentissantes, mais avec un climat qui ne souffre point de neiges éternelles, avec toute la richesse d'une végétation méridionale qui mêle au chêne et au sapin l'olivier et la vigne. La nature y paraît aussi douce qu'elle est grande: elle n;inspire qu'une admiration sans terreur; et, si tout y fait sentir la puissance du Créateur, tout y parle de sa bonté. La main de...

Informações bibliográficas