Études d'histoire religieuse

Capa
M. Lévy frères, 1864 - 432 páginas
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Outras edições - Visualizar todos

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 423 - Mais elle ne se trompe pas sur l'objet même de son culte : ce quelle adore est réellement adorable; car ce qu'elle adore dans les caractères qu'elle a idéalisés, c'est la bonté et la beauté qu'elle ya mises.
Página 75 - Si nous envisageons dans son ensemble le développement de l'esprit hébreu , nous sommes frappés de ce haut caractère de perfection absolue, qui donne à ses œuvres le droit d'être envisagées comme classiques, au même sens que les productions de la Grèce, de Rome et des peuples latins. Seul entre tous les peuples de l'Orient, Israël a eu le privilége d'écrire pour le monde entier.
Página xxi - Le gouvernement des choses d'ici-bas appartient en fait à de tout autres forces qu'à la science et à la raison ; le penseur ne se croit qu'un bien faible droit à la direction des affaires de sa planète, et, satisfait de la portion qui lui est échue, il accepte l'impuissance sans regret. Spectateur dans l'univers, il sait que le monde ne lui appartient que comme sujet d'étude, et, lors même qu'il pourrait le reformer, peut- f Ire le trourcruit-il si curieux tel qu'il est, qti il n'eu aurait...
Página 75 - Il faut faire, sans doute, dans cette étonnante destinée, la part des révolutions religieuses, qui, depuis le xvie siècle surtout, ont fait envisager les livres hébreux comme la source de toute révélation ; mais on peut affirmer que si ces livres n'avaient pas renfermé quelque chose de profondément universel, ils ne fussent jamais arrivés à cette fortune. Israël eut...
Página 99 - Le Seigneur a dit à mon Seigneur: Assieds-toi à ma droite, Jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied? Si donc David l'appelle Seigneur, comment est-il son fils? » Nul ne put lui répondre un mot. Et, depuis ce jour, personne n'osa plus lui proposer des questions.
Página 408 - Plût à Dieu que M. Feuerbach se fût plongé à des sources plus riches de vie que celles de son germanisme exclusif et hautain ! Ah ! si, assis sur les ruines du mont Palatin ou du mont Cœlius, il...
Página 344 - ... sont gens obstinés aux superstitions de l'Antéchrist de Rome. Tous ensemble méritent bien d'estre réprimés par le glayve qui vous est commis...
Página xiv - On aurait tort d'accuser la science de prosélytisme antireligieux. Le devoir du savant est d'exprimer avec franchise le résultat de ses études, sans chercher à troubler la conscience des personnes qui ne sont pas appelées à la même vie que lui, mais aussi sans tenir compte des motifs d'intérêt et des prétendues convenances qui faussent si souvent l'expression de la vérité 1. » 1. Études d'histoire religieuse, préface, passim. La science qui se contente de recherche!
Página xii - A cette polémique, dont je suis loin de contester la nécessité , mais qui n'est ni dans mes goûts ni dans mes aptitudes , Voltaire suffit. On ne peut être à la fois bon controversiste et bon historien. Voltaire , si faible comme érudit , Voltaire, qui nous semble si dénué du sentiment de l'antiquité, à nous autres qui sommes initiés à une méthode meilleure, Voltaire est vyigt fois victorieux d'adversaires encore plus dépourvus de critique qu'il ne l'est luimême.
Página 159 - Dieu fait homme, c'est-à-dire l'esprit infini, qui s'est aliéné lui-même jusqu'à la nature finie, et l'esprit fini, qui se souvient de son infinité. Elle est l'enfant de la mère visible et du père invisible, de l'Esprit et de la Nature; Elle est celui qui fait des miracles, car, dans le cours de l'histoire humaine, l'esprit maîtrise de plus en plus complètement la nature...

Informações bibliográficas