Les sources du Roman de Renart

Capa
Bouillon, 1893 - 356 páginas
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Outras edições - Visualizar todos

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 32 - ... c'est un monstrueux assemblage d'une morale fine et ingénieuse et d'une sale corruption. Où il est mauvais, il passe bien loin au delà du pire; c'est le charme de la canaille : où il est bon , il va jusqu'à l'exquis et à l'excellent, il peut être le mets des plus délicats.
Página 227 - Si le ciel t'eût, dit-il, donné par excellence Autant de jugement que de barbe au menton, Tu n'aurais pas, à la légère, Descendu dans ce puits. Or, adieu, j'en suis hors. Tâche de t'en tirer, et fais tous tes efforts : Car pour moi, j'ai certaine affaire Qui ne me permet pas d'arrêter en chemin.
Página 227 - Que Renars li rous m'a fortraite Et ceens avec soi a traite. Moult est ore traître 1ère, Quant il déçoit si sa conmere, Si ne me puis de lui garder, Mes se jel pooie atraper, Si faitement m'en vengeroie Que jamés crieme n'en auroie.
Página 241 - Mes ancois que passast tiers jor 125 Li rendi je maveis loier. Car jel fis moigne en un moster Et si le fis devenir prestre. Mais au partir n'i vousist estre Por une teste de sengler. 130 Car je li fis les seins soner. Si vint li prestres de la vile Et des vileins plus de deus mile Qui le batirent et fusterent: A bien petit ne le tuerent.
Página 171 - Gel fis pécher en la gelée Tant qu'il out la queue engelee, est rappelé un trait qui , partout ailleurs dans le Roman , est attribué uniquement à Ysengrin.
Página 228 - Comperes, j'ai quanque je veil. Je n'oi onques cure d'orgueil. Se tu es ou regne terrestre, Je sui en paradis celestre. Ceens sont les gaaigneries, 270 Les bois, les plains, les praieries: Ceens a riche pecunaille, Ceens puez veoir mainte aumaille Et mainte oeille et mainte chievre, Ceens puez tu veoir maint lievre 275 Et bues et vaches et moutons, Espreviers, ostors et faucons.
Página 343 - Rose est moins un Art d'amour qu'un recueil de dissertations philosophiques, théologiques, scientifiques, de satires contre les femmes, contre les ordres religieux, contre les rois et les grands, d'anecdotes tirées des auteurs anciens ou contemporains, le tout bien ou mal, plutôt mal que bien, groupé autour de l'idée prmcipale : la conquête de la rose.
Página 94 - Li rois li a dit oiant toz 45 'Ysengrin, leissiez ce ester. Vos n'i poes rien conquester, Ainz ramentevez vostre honte. Musart sont li roi et li conte, Et cil qui tienent les granz corz 50 Devienent cop, hui est li jorz.
Página 23 - ... cet assujettissement de l'individu à une règle commune, à une pensée antérieure à la sienne, qui explique le caractère impersonnel, anonyme de tant de créations, même des plus heureuses, de l'architecture et de la statuaire aussi bien que de la poésie.
Página 172 - Apres moi vint a- mon manoir, Si senti les poissons oloir, Simplement a vois coie et basse Me pria que jel herbergasse. Et je li dis 'ce ert noiens', 540 Que entrer ne pooit caiens Nus hom qui ne soit de nostre ordre.

Informações bibliográficas