Joachim Du Bellay ...: Documents nouveaux et inédits

Capa
Didier, 1880 - 60 páginas
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Outras edições - Visualizar todos

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 23 - Là est le bien que tout esprit désire, Là, le repos où tout le monde aspire, Là est l'amour, là le plaisir encore. Là, ô mon âme, au plus haut ciel guidée, Tu y pourras reconnaître l'Idée De la beauté qu'en ce monde j'adore.
Página 16 - Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, Ou comme cestuy là qui conquit la toison, Et puis est retourné, plein d'usage et raison, Vivre entre ses parents le reste de son aage ! • Quand revoiray-je, hélas, de mon petit village Fumer la cheminée, et en quelle saison Revoiray-je le clos de ma pauvre maison, Qui m'est une province, et beaucoup d'avantage...
Página 44 - Et devint proye au temps, qui tout consomme. Rome de Rome est le seul monument, Et Rome Rome a vaincu seulement. Le Tybre seul, qui vers la mer s'enfuit, Reste de Rome .O mondaine inconstance ! Ce qui est ferme, est par le temps destruit, Et ce qui fuit, au temps fait resistance.
Página 37 - Et pour servir à Dieu abandonner le monde. Mais quoy ? que dirons-nous de cet autre vieillard, Lequel ayant passé son aage plus gaillard Au service de Dieu, ores César imite...
Página 44 - Ces vieux palais, ces vieux arcz que tu vois, Et ces vieux murs, c'est ce que Rome on nomme.
Página 22 - Si notre vie est moins qu'une journée En l'éternel, si l'an qui fait le tour Chasse nos jours sans espoir de retour, Si périssable est toute chose née, Que songes-tu, mon âme emprisonnée? Pourquoi te plaît l'obscur de notre jour, Si pour voler en un plus clair séjour Tu as au dos l'aile bien empennée...
Página 16 - Plus me plaist le séjour qu'ont basty mes ayeux, Que des palais romains le front audacieux : Plus que le marbre dur, me plaist l'ardoise fine. Plus mon Loyre gaulois, que le Tybre latin, Plus mon petit Lyre, que le mont Palatin Et plus que l'air marin, la douceur angevine.
Página 36 - Avoit six ans devant empoisonné le monde : Se trouvant le pauvret de telle odeur surpris, Tomba mort au milieu de son œuvre entrepris, N'ayant pas à demy ceste ordure purgee.
Página 31 - Qu'il n'estoit rien plus doulx que voir encor' un jour Fumer sa cheminée, & après long séjour Se retrouver au sein de sa terre nourrice. Je me resjouissois d'estre eschappé au vice, Aux Circes d'Italie, aux Sirènes d'amour, Et d'avoir rapporté en France à mon retour L'honneur que Ion s'acquiert d'un fidèle service.
Página 48 - De mourir ne suys en emoy Selon la loy du sort humain, Car la meilleure part de moy Ne craint point la fatale main : Craingne la Mort, la Fortune, et l'Envie, A qui les Dieux n'ont donné qu'une vie.

Informações bibliográficas