Proverbes dramatiques, with notes, ed. by J. Lefebvre

Capa
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Outras edições - Visualizar todos

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 106 - Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours Qu'il faut chômer ; on nous ruine en fêtes ; L'une fait tort à l'autre ; et monsieur le curé De quelque nouveau saint charge toujours son prône.
Página 190 - ... faut qu'elles retrouvent la maison comme elle était quand elles sont parties. BERGERET. Ce n'est pas possible! MADAME BERGERET. Il ne s'agit pas de moi pour le moment. Plus tard je vous expliquerai... Je vous dirai... Et vous serez bien surpris peut-être, car vous ne me connaissez pas. BERGERET. Je n'ai pas de conseils à vous donner, mais, si vous voulez mon avis, je vous préférais comme vous étiez tout à l'heure, au début de la conversation. Vrai, la violence vous allait mieux. MADAME...
Página 7 - ... maman, qu'après la manière dont je vous ai parlé de M. Edouard, je ne pourrais pas vous dire que j'aime mieux monsieur le comte. Je suis seulement fâchée que monsieur le comte, qui jusqu'ici avait refusé tant de mariages, se soit décidé si promptement pour moi.
Página 29 - ... servira qu'a enrichir des petits Bretignac , qui ne sauront seulement pas où était situé notre chantier. M. DU ROSNAY. Vous voyez de trop loin. Quand on fait sa fortune , est-ce bien à se* arrière-petits-enfans que l'on pense?
Página 75 - ... nos parens , qui ont toujours été si bons pour moi > que M. du Rosnay surtout, ne me regarderaient peut-être que comme une idiote qui s'était laissé prendre à un sot orgueil, et qui méritait d'en Êlre punie; que si j'étais malheureuse, personne ne me plaindrait... a""
Página 11 - CARRÉ. Tout cela est bel et bon. Aussitôt que Victorine m'a dit que c'était un comte , je me suis douté que c'était à notre fortune qu'on en voulait.
Página 91 - ... vous ne pouvez pas dire qu'il n'y ait pas de sa faute. MADAME CARRÉ. Pas du tout. S'il ya quelqu'un de coupable , c'est moi , ou plutôt c'est M. de Bretignac. Tu parais étonnée; tu vas l'être bien davantage.
Página 94 - L'intérêt que je porte à Victorine m'avait rendue clairvoyante ; il m'était démontré qu'oc ne voulait de ma pauvre enfant qu'avec toutes ses perfections , c'est-à-dire sa fortune, celle de sa mère et la mienne ; tu n'en étais pas aussi persuadée que moi. Que faire? J'ai peut-être été un peu vite , mais IL FAUT CASSER LE NOYAU POUR EN AVOIR L'AMANDE.

Informações bibliográficas