Étude littéraire et morale sur les poésies de Jean Vauquelin de la Fresnaye

Capa
Hachette, 1887 - 288 páginas
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Páginas selecionadas

Outras edições - Visualizar todos

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 131 - Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée. En vain vous me frappez d'un son mélodieux, Si le terme est impropre ou le tour vicieux : Mon esprit n'admet point un pompeux barbarisme, Ni d'un vers ampoulé l'orgueilleux solécisme. Sans la langue, en un mot, l'auteur le plus divin Est toujours, quoi qu'il fasse, un méchant écrivain.
Página 246 - Le soleil déclinait ; le soir prompt à le suivre Brunissait l'horizon ; sur la pierre d'un champ Un vieillard, qui n'a plus que peu de temps à vivre, S'était assis pensif, tourné vers le couchant. C'était un vieux pasteur, berger dans la montagne, Qui jadis, jeune et pauvre, heureux, libre et sans lois, A l'heure où le mont fuit sous l'ombre qui le gagne, Faisait gaîment chanter sa flûte dans les bois. Maintenant riche et vieux, l'âme du passé pleine, D'une grande famille aïeul laborieux,...
Página 231 - Celui-là s'est mis dans l'esprit de blâmer les femmes; il ne se met point en peine s'il condamne le mariage , et s'il en éloigne ceux à qui il a été...
Página 136 - ... car l'imitation des nostres m'est tant odieuse (d'autant que la langue est encores en son enfance) que pour cette raison je me suis éloingné d'eus, prenant stile apart, sens apart, euvre apart, ne désirant avoir rien de commun avecq
Página 33 - ... violence. Là les folles amours, là le luxe, l'ambition et le vain désir de paraître exercent leur empire sans résistance, tout s'y fait par une chaleur inconsidérée. Et comment accoutumer à la règle , à la solitude , à la discipline, cet âge qui ne se plaît que dans le mouvement et le désordre, qui n'est presque jamais dans une action composée...
Página 131 - L'esprit humain est toujours en marche, ou, si l'on veut, en mouvement, et les langues avec lui. Les choses sont ainsi. Quand le corps change, comment l'habit ne changerait-il pas ? Le...
Página 68 - Les allusions directes aux malheurs présents, l'appel aux passions qui fermentent, ce n'est point là le chemin du salut; mieux vaut une douce chanson , un son de pipeau rustique, un conte pour endormir les petits enfants sans frayeur et sans souffrance, que le spectacle des maux réels, renforcés et rembrunis encore par les couleurs de la fiction.
Página 86 - Près d'un beau feu, de nos gens séparée, Ma mère et moi veillerons comme vous. Plus que le jour la nuit nous sera belle, Et nos bergers, à la claire chandelle, Des contes vieux, en teillant, conteront. Lise tandis nous cuira des châtaignes; Et, si l'ébat des jeux tu ne dédaignes, De nous dormir les jeux nous garderont.
Página 33 - Vous dirai-je en ce lieu ce que c'est qu'un jeune homme de vingt-deux ans ? Quelle ardeur, quelle impatience, quelle impétuosité de désirs ? Cette force, cette vigueur, ce sang chaud et bouillant, semblable à un vin fumeux, ne leur permet rien de rassis ni de modéré.
Página 67 - De nos jours, plus faible et plus sensible, l'artiste, qui n'est que le reflet et l'écho d'une génération assez semblable à lui, éprouve le besoin impérieux de détourner la vue et de distraire l'imagination, en se reportant vers un idéal de calme, d'innocence et de rêverie.

Informações bibliográficas