À travers L'Algerie: souvernirs de l'excursion parlementaire, septembre-octobre 1879

Capa
G. Charpentier, 1880 - 389 páginas
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Páginas selecionadas

Outras edições - Visualizar todos

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 366 - Sahara (désert) il n'ya pas de limite territoriale à établir entre les deux pays, puisque la terre ne se laboure pas et qu'elle sert seulement de pacage aux Arabes des deux Empires qui viennent y camper pour y trouver les pâturages et les eaux qui leur sont nécessaires.
Página 366 - État dans l'autre ne sera pas rendu au gouvernement qu'il aura quitté par celui auprès duquel il se sera réfugié, tant qu'il voudra y rester. S'il voulait, au contraire, retourner sur le territoire de son gouvernement, les autorités du lieu où il se sera réfugié ne pourront apporter la moindre entrave à son départ.
Página 148 - Ses lianes servent de retraite aux orages, ses oreilles entendent les discours qui se prononcent dans le ciel, son faîte domine l'Océan, son dos sert d'appui au désert du Sous et dans son giron reposent toutes les autres montagnes du Deren.
Página 247 - L'expropriation peut être prononcée pour les causes suivantes : — pour la fondation des villes, villages ou hameaux, ou pour l'agrandissement de leur enceinte ou de leur territoire; — pour l'établissement des ouvrages de défense et des lieux...
Página 165 - Académie des sciences, une note ainsi conçue * : « 11 ne suffirait pas de rétablir une mer intérieure en Algérie, il faudrait la maintenir. «Or, en supposant la mer établie au moyen d'un canal, cette mer perdrait tous les jours une énorme quantité d'eau par l'évaporation, sans qu'il lui arrivât aucune quantité d'eau douce équivalente. L'eau évaporée ne serait remplacée que par l'eau salée arrivant par le canal, et bientôt la mer intérieure serait au maximum de saturation. L'évaporation...
Página 73 - ... un lit de torrent ; ces escaliers qui ont l'air de se plonger dans un abîme ; ces couloirs si étroits, que le frôlement des burnous en use les murs; ces étages en surplomb ; ces pignons qui semblent vouloir vous barrer le passage ; ces façades aveugles, où il n'ya pas d'autre baie que la porte inhospitalière, bardée de fer et qui ouvre d'un air défiant un œil grillé sur ceux qui passent; ces boutiques dont la saleté est mal dissimulée par L's vives couleurs des piments rouges, des...
Página 179 - Babors, la plus imposantei je crois, que j'aie vue en Algérie. Le village de Keratas est situé au pied, à l'entrée de la gorge du Chabet-el-Akra, le défilé de l'agonie, que l'on regarde comme une des merveilles naturelles du monde. Les anciens gravaient les faits remarquables sur la pierre, mais les temps modernes n'ont pas le génie des inscriptions. Un pauvre placard lithographié, collé sur le mur de l'auberge, apprend aux passants ce qu'il a fallu de travaux pour le rendre praticable....
Página 73 - ... pignons qui semblent vouloir vous barrer le passage ; ces façades aveugles où il n'ya pas d'autre baie que la porte inhospitalière, bardée de fer et qui ouvre d'un air défiant un œil grillé sur ceux qui passent; ces boutiques dont la saleté est mal dissimulée par les vives couleurs des poires rouges, des tomates, des aubergines, des oignons et des pastèques; ces tables couvertes de figues de Barbarie dont les tons jaunâtres, violacés ou rouges, font songer aux couleurs livides d'un...
Página 300 - L'intelligence et le patriotisme de quelques officiers peuvent bien triompher çà et là des instincts de leur position ; mais de telles victoires sur soi-même ne sauraient être fréquentes, car elles supposent la vertu d'une haute abnégation. Aucun pouvoir, et surtout le pouvoir • ' i (1) L Algérie et les colonies françaises.
Página 17 - Il vit fleurir de nouveau le corail dans des vases remplis d'eau de la mer , et il reconnut que « ce qu'on croyait être la fleur de « cette prétendue plante n'était, au vrai, qu'un insecte semblable « à une petite ortie ou pourpre.... Cet insecte, continue-t-il, « s'épanouit dans l'eau et se ferme à l'air, ou lorsqu'on verse « dans le vase où il est des liqueurs acides, ou lorsqu'on le touche « avec la main, ce qui est ordinaire à tous les poissons et in« sectes testaces d'une nature...

Informações bibliográficas