Choix de chroniques et mémoires sur l'histoire de France avec notices biographiques, Volume 1

Capa
A. Desrez, 1836 - 780 páginas
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Páginas selecionadas

Outras edições - Visualizar todos

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 538 - J'estois aussi en la chambre de M. de Bordillon quand luy fut rapporté comme de rechef avoient mis le feu en ceste abbaye, et se retiroient prenans le train vers Aubenton, petite ville non forte en la contrée de Thirasse ('), dedans laquelle estoit le sieur d'Aubigny avec sa compagnie de quarante hommes d'armes, et le capitaine La Lande avec son enseigne de gens de pied. Toutefois changerent d'opinion...
Página 489 - Par cet écrit, je vous recommande à Dieu, à qui je donne mes services passés, et à vous ceux de l'avenir, par lesquels je m'efforcerai de vous faire connaître qu'en me perdant, vous avez perdu votre meilleur serviteur.
Página 201 - ... et percevoir tout ce qui est requis à nostre salut. Et pour ce que la foy appuyée sur la parolle de Dieu fait et rend présentes les choses prises, et que par ceste foy nous prenons vrayement et de faict le vray et naturel corps et sang de nostre Seigneur par la vertu du Sainct-Esprit , en cest esgard nous confessons la présence du corps et sang d'iceluy en sa saincte cène.
Página 546 - Près de là, descendirent premierement messieurs les cardinaux , puis M. le connestable , lequel à pied retourna devers Sa Ma'jesté, luy prestant la main pour descendre de cheval , ainsi que feirent après tous les princes et grands seigneurs qui en estoient les plus prochains. Le Roy, s'approchant près du clergé, meit la main dextre sur les évangiles, protestant et faisant vœu de garder et deffendre à son pouvoir les droicts...
Página 508 - Sur quoy il faut que je dise ici que la France, en le perdant, perdit un des plus grands rois qu'elle eût encore eus : il n'étoit pas sans deffauts , mais en récompense il avoit de sublimes vertus.
Página 268 - J'en ay, respondiet-elle, toutes les occasions du monde. Car je viens de voir la plus piteuse tragédie et estrange cruauté à l'effusion du sang innocent, et des bons...
Página 529 - ... de transporter à Rome or n'argent monnoyé ou non monnoyé, pour bulles, dispenses ny autres despesches, jusques à ce qu'autrement il y auroit pourveu. Puis estant condamné le duc Octave comme rebelle vassal, pour n'avoir voulu quitter son bien à tel marché qu'on le demandoit, le Pape consentit à l'Empereur de recouvrer Parme en toutes les sortes que luy seroit loisible. Parquoy...
Página 526 - Et ne pouvant satisfaire à ce labeur, pour estre continuellement occupé à escrire nos histoires françoises en latin (je dis en latin, monseigneur, pource que, selon l'opinion des plus sçavans hommes, il ne semble point que ce soit un François, mais un...
Página 543 - ... gracieusement et de bon visage , les asseurant de toute faveur et support; près de laquelle estant arrivé, l'environna et visita à l'entour, et entra par une autre porte que par celle où on l'attendoit avec le poisle , à raison de la grande presse et foule de peuple qui s'esjouyssoit et attendoit à le veoir, combien qu'elle se trouvast presque autant grosse à celle où il passa. Quant à son entrée, elle n'estoit...
Página 161 - Bèze, esleu de tous les autres pour ce faire, dict et parla en la manière qui s'ensuit : «Sire, puisque l'issue de toutes entreprises et grandes et petites dépend de l'assistance et faveur de nostre Dieu, et principalement quand il est question de ce qui appartient à son service et qui surmonte la capacité de nos entendemens, nous espérons que Vostre...

Informações bibliográficas