Pierre de La Place. Commentaires de l'estat de la religion et république.--L. Regnier de La Planche: Histoire de l'estat de France. Livre des Marchands.--Théodore Agrippa d'Aubigné. Mémoires.--François de Rabutin. Commentaires des dernières guerres en la Gaule belgique

Capa
A. Desrez, 1836 - 780 páginas
 

O que estão dizendo - Escrever uma resenha

Não encontramos nenhuma resenha nos lugares comuns.

Páginas selecionadas

Outras edições - Visualizar todos

Termos e frases comuns

Passagens mais conhecidas

Página 542 - Près de là, descendirent premièrement messieurs les cardinaux, puis M. le connestable; lequel à pied retourna devers Sa Majesté, luy prestant la main pour descendre de cheval, ainsi que feirent après tous les princes et grands seigneurs qui en estoient les plus prochains. Le roy, s'approchant près du clergé, meit la main dextre sur les évangiles, protestant et faisant vœu de garder et deffendre à son pouvoir les droicts, libertés et prééminences de ceste très ancienne et opulente cité,...
Página 206 - Mais pour adoucir un peu ceste exaction, les escus qu'on avoit payés du temps du roy Henry pour estre réduits es coffres de Diane, furent changés en livres. Ces choses se brassèrent et exécutèrent en partie à Paris, en partie à Sainct-Germain-enLaye, par un accident survenu au cardinal, lequel sortant un grand matin de la maison de la belle .Romaine, courtisane renommée du temps de Henry, logée en la cousture de...
Página 504 - Approuvez en moi cet apprentissage de vertu « que jrai fait auprès de vous. » Cette dernière réponse fut suivie d'une seconde embrassade que me fit mon maître, en me disant de me retirer. « Sur quoi il faut que je dise ici que ' la France, en le perdant, perdit un des plus grands rois qu'elle eût encore eus; il n'étoit pas sans deffauts, mais en récompense il avoit de sublimes vertus.
Página 390 - ... font marchandise des pardons et absolutions des péchés du peuple ; ne font les prières au temple de Dieu sans argent.
Página 485 - ... ennemi que de vous-même. Par cet écrit, je vous recommande à Dieu, à qui je donne mes services passés, et à vous ceux de l'avenir, par lesquels je m'efforcerai de vous faire connaître...
Página 534 - J'estois aussi en la chambre de M. de Bordillon quand luy fut rapporté comme de rechef avoient mis le feu en ceste abbaye, et se retiroient prenans le train vers Aubenton , petite ville non forte en la contrée de Thirasse ('), dedans laquelle estoit le sieur d'Aubigny avec sa compagnie de quarante hommes d'armes, et le capitaine La Lande avec son enseigne de gens de pied. Toutefois...
Página 5 - Liset, premier président en ladicte cour, autheur de la chambre ardente, fut déposé de son estât, pour estre cogneu privé de son bon sens, Dieu luy ayant osté l'entendement. Jean Morin, lieutenant criminel de la prévosté de Paris, après avoir faict mourir tant de fidèles, fut finalement frappé de loups aux jambes, dont ayant perdu l'usage, mourut aliéné de son sens, après par plusieurs jours avoir renié et blasphémé Dieu.
Página 469 - Voici donc le discours de ma vie en sa privauté paternelle, lequel ne m'a point contraint de cacher ce qui dans une histoire de France eût été honteux et malséant ; de manière que ne pouvant ni tirer vanité de mes belles actions ni rougir de mes fautes, envers vous, je vais vous raconter ce que. j'ai fait de bon et de mauvais, comme si je vous entretenois encore sur mes genoux, désirant que mes...
Página 21 - Je désire grandement vivre et mourir en ceste foy, sçachant et estant bien asseuré qu'elle a pour fondement la seule parole du Seigneur, et qu'en icelle ont vescu et sont morts tous les saincts pères patriarches , prophètes et apostres de Jésus-Christ. C'est la vraye cognoissance du Seigneur, en laquelle gist et consiste la béatitude et félicité de...
Página 539 - ... gracieusement et de bon visage , les asseurant de toute faveur et support; près de laquelle estant arrivé, l'environna et visita à l'entour, et entra par une autre porte que par celle où on l'attendoit avec le poisle , à raison de la grande presse et foule de peuple qui s'esjouyssoit et attendoit à le veoir, combien qu'elle se trouvast presque autant grosse à celle où il passa. Quant à son entrée, elle n'estoit...

Informações bibliográficas