Imagens da página
PDF
ePub

(45) Shakspeare semblerait avoir eu en vue ce passage de Virgile , Georg. III :

Tum, si qua sonum procul arma dedere;
Stare loco nescit, micat auribus et tremit artus,
Collectumque premens volvit sub naribus ignem :
Densa juba, et dextro jactata recumbit in armo;
At duplex agitur per lumbos spina; cavatque

Tellurem, et solido graviter sonat ungula cornu.
On a déjà remarqué plus d'une fois l'étonnante conformité qu'offrent
ces vers de Virgile, avec les versets 19–25 du XXXIX chapitre du livre
Job, et notamment avec le verset 24:

Il s'agite, il frémit, il frappe la terre et Penfonce : il ne peut se tenir lorsqu'il entend le son des trompettes.

(46) Ce passage devait flatter les compatriotes de Shakspeare, grands amateurs de musique à cette époque, comme on le voit par ce passage d'Erasme : Jam vero video naturam ut singulis nationibus ac pene civitatibus communem quamdam insevisse philautiam, atque hinc fieri ut Britanni præter alia formam, WUSICAM et lautas mensas proprie sibi vindicent. Moriæ Encomium.

IMITATIONS.

(*) Qui ne connait l'imitation que M. Casimir Delavigne a faite de ce passage dans sa tragédie du Paria ?

Le sein de l'Éternel est aussi notre asile.
Va, ces mortels si fiers qui nous ont rejetés,
De ce bonheur en vain nous croient déshérités.
Nous sommes ses enfants. Comme sur leur visage,
N'a-t-il pas sur le nôtre imprimé son image?
De nos jours et des leurs qu'il pèse également ,
Au même feu céleste il puisa l'aliment.
Nos sens formés par lui, nos traits, tout est semblable.
Ont-ils un ķil plus sûr, un bras plus redoutable?
Dieu, dans leur voix plus mâle a-t-il mis d'autres sons ?
Le soleil, pour eux seuls prodigue de moissons,
N'échauffe-t-il pour nous que poisons homicides ?
Les fruits se sèchent-ils sur nos lèvres avides ?
Les flots, dont notre soif implore les secours,
Pour tromper ses ardeurs détournent-ils leur cours ?
Ces mortels, comme nous, sont condamnés aux larmes ;
Soumis aux mêmes maux, blessés des mêmes armes ;
Les mêmes passions nous brûlent de leurs feux ;
Ils souffrent comme nous et nous aimons comme eux;
Ah! cent fois davantage... Et Dieu, lui, notre père,
N'eût fait de tant d'amour qu'un jeu de sa colère !
L'homme a seul méconnu ce doux instinct des cœurs ;
Des frères qu'il proscrit il sépare les sæurs.
La mort rassemblera cette famille immense ;
Dieu nous appelle tous : le Brame qui l'encense ,
Et l'enfant du désert, repoussé des autels,
Reposeront unis dans ses bras paternels.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

1

70 513

[ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinuar »