Imagens da página
PDF
ePub

tout serait bon pourvu qu'on se divertît. Les Romains, en imitant les pieces des Grecs, profiterent de la même liberté, et l'on souffrit, dans les divertissemens publics, ce qui était défendu dans tout autre tems. Voilà ce qu'on a trouvé de plus plausible, et il faut bien se contenter de cette explication, puisqu'il n'y en a point de meilleure.

Quoique l'obscénité des termes , si fréquente dans Aristophane, et l'indécence des mờurs que nous verrons dans Plaute, ne soit guere moins révoltante pour nous, il est pourtant plus aisé de s'en rendre raison. La langue d'Aphenes et de Rome était moins modeste que la nôtre.

Le latin dans les mots brave l'honnêteté,

a dit Boileau, et l'on peut en dire autant du grec. Il est reconnu que sur cet article toutes les langues ne sont pas également scrupuleuses. La nôtre même 1 éprouvé sur ce point des variations , puisqu'il y a dans Moliere tel mot qui revient fort souvent; qui de son tems n'était pas mal-honnête, et qu'aujourd'hui l'on ne se permettrait point en bonne compagnie ni sur le théâtre. La coutume et le préjugé doivent donc avoir établi en ce genre

des différences sensibles. Comme il n'y eut jamais chez les Grecs, et pendant long-tems à Rome, que Cours de littér. Tome II.

D

[ocr errors]

peu l'esprit

les courtisanes qui vécussent librement et indistinctement avec les hommes, l'habitude , générale parmi les jeunes gens, de vivre avec cette espece de femmes, tandis que toutes les meres de famille se tenaient dans l'intérieur de leur domestique , ne dut pas apporter beaucoup de réserve dans le langage ordinaire et journalier. Tout ce qui a rapport aux convenances sociales, n'a pu se perfectionner que chez une nation où le commerce continuel des deux sexes a dû former

peu

à général et épurer le ton de la société. La société ainsi composée, est en effet l'empire naturel des femmes : elles en sont devenues les législatrices nécessaires. Les hommes

peuvent commander

partout ailleurs : là seulement l'autorité appartient toute entiere au sexe, à qui il a été donné

par

la nature d'adoucir et de polir le nôtre. Dès que tous les deux se rassemblent , dès qu'on fait de cette réunion un moyen habituel de bonheur, il faut bien , pour leur intérêt réciproque, que le plus doux et le plus aimable donne la loi, et que celui des deux qui apporte dans ce commerce le plus d'agrémens et de douceurs , y ait aussi le plus d'influence. Alors a dû s'établir le principe de ne jamais prononcer devant les femmes un mot qui pît les faire rougir : de là ce respect qu'aura

[ocr errors]

toujours pour elles tout homme un peu délicat ; sorte d'hommage qui peut les flatter encore plus qué le desir de leur plaire, parce que l'un tient à l'attrait général du sexe , et que l'autre est un témoignage d'estime : de là ces égards que l'on doit à la modestie qui leur est naturelle, et qui doit nous être à nous-mêmes d'autant plus précieuse, que c'est encore en elles une grace de plus et un charme nouveau qui se mêle à l'expression de leur sensibilité.

Tel était l'excellent ton de la cour de Louis XIV, celui qui se fait sentir dans tous les monumens qui nous en restent, celui qui servit de modele aux autres nations de l'Europe, et qui à fixé le caractere de l'urbanité française. C'est encore à ces traits que l'on reconnaît aujourd'hui la bonne compagnie, celle qui mérite véritablement ce nom. Sans doute la nation ne renoncera jamais à l'un des avantages les plus aimables qui l'aient distinguée jusqu'ici, On ne détruira

pas le respect des nances sociales sous prétexte d'égalité, et l'on ne nous ôtera pas la politesse des nations civilisées ni la décence des mœurs et du langage, sous prétexte de nous rendre la gaieté. Ce serait au contraire une preuve que nous l'aurions perdue, cette gaieté dont on nous parle, si l'on n'en pouvait plus

conve

réussit à peu

avoir qu'aux dépens de la pudeur publique. Ce genre de gaieté est heureusement celui de tous dont on se dégoûte le plus vîte. Ceux qui seraient tentés d'y avoir recours, y renonceront bientôt, ne fût-ce que par amour-propre.

On

у de frais, et c'est de toutes les sortes d'esprit celle dont les sots tirent le plus de parti. Ainsi, quoique d'honnêtes

gens,
entraînés

par la mode , puissent s'amuser un moment de ces spectacles subalternes, comme on s'arrête quelquefois dans la rue devant le théâtre de Polichinelle, ils ne croiront jamais que la gaieté française aille prendre des leçons à ces farces grossieres , qui auraient été sifflées dans les cours de Versailles par

les valets de pied de Louis XIV.

la curiosité ou par

S E C Τ Ι Ο Ν Ι Ι.

De la Comédie latine.

H

1

là sa

Il n'y a point, à proprement parler, de comédie latine, puisque les Latins ne firent que traduire ou imiter les pieces grecques, que jamais ils ne mirent sur le théâtre un seul personnage romain, et que dans toutes leurs pieces c'est toujours une ville grecque qui est le lieu de la scene, Qu'est-ce que des comédies latines , où rien n'est latin

que

le langage ? Ce n'est

pas

sans doute un spectacle
national. Le nôtre lui-même n'a mérité ce titre
que depuis Moliere : avant lui, toutes nos pieces
étaient espagnoles , parce que Lope de Vega,
Calderon , Rozas et d'autres furent les premiers
modeles de nos auteurs. C'est un tribut
en tout genre les nations qui viennent les der-
nieres dans la carriere des arts ; mais quand on
arrive après les autres, il reste une ressource ; c'est
d'aller plus loin qu'eux, et les Français ont eu cette
gloire qui a manqué aux Romains.

Ennius, Nævius, Cæcilius, Aquilius et beau-
coup d'autres, tous imitateurs des Grecs, ne sont
point venus jusqu'à nous. Il nous reste vingt et
une pieces de Plaute, qui écrivait dans le tems de
la seconde guerre punique. Épichasme, Diphilus,

Da

que paient

« AnteriorContinuar »